Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les chroniques polars et bédé        de Claude Le Nocher - ABC POLAR

1850 chroniques - faites défiler la page - ou cliquez sur l'initale du nom de l'auteur recherché

Louarnig Gwaskell : Mauvaises graines (Coop Breizh, 2009)

09-GWASKELLLe cyber-reporter Léo Tanguy débarque à Belle-Île-en-Mer. Il a appris que son vieux copain Fanch Mahé, un marin adepte des tatouages, a disparu depuis peu. Logé chez son ami écossais Cecil, photographe, Léo laisse au repos son Combi bariolé pour utiliser un scooter non polluant. En effet, protéger l’environnement n’est pas un vain mot sur l’île. D’ailleurs, les exploitations agricoles sont toutes bio, désormais. Par contre, la propriété de la Pointe des Poulains (qui fut celle de la comédienne Sarah Bernhardt) est strictement interdite, et bien gardée. Elle appartient à Martial Saint-Alban, puissant homme d’affaires. Dans le plus grand secret, ce dernier prépare un projet pharaonique pour l’île, un complexe touristique d‘élite. Lourd investissement, bien sûr, mais les moyens financiers et la mégalomanie de Saint-Alban sont sans limite. Léo ignore encore tout cela.

Le journaliste s’inquiète sérieusement de la disparition de Fanch, sachant qu’on est aussi sans nouvelle du meilleur ami de celui-ci, Pierre Manchec. Après le patron-pêcheur qui employait Fanch, Léo interroge le tatoueur attitré de son copain. Diablement créatif et novateur, celui-là. Il s’intéresse aussi aux ennuis de quelques exploitants bios de Belle-Île, dont l’un a eu sa grange incendiée. Léo rencontre un éleveur, une séduisante arboricultrice, un apiculteur passionné. Toutes les terres ont été vendues quelques années plus tôt, sous conditions de produire bio, par le Conservatoire du Littoral avant sa privatisation. Les abeilles de l’apiculteur ont été touchées par des produits chimiques. D’autres ont trouvé traces de semis OGM dans leurs plantations. Le matériel d’un agriculteur vient d’être saboté. En outre, une société bidon cherche à acquérir leurs terres.

Les nuits sont agitées sur l’île. Les sbires de Saint-Alban commettent des dégradations pour inciter les fermiers à vendre. Un deuxième commando rôde dans les parcelles agricoles, y introduisant des semences OGM vérolant les produits bios. Un troisième groupe surveille les premiers, se heurtant parfois aux seconds. Ce commando-là est en mission officielle. Après qu’on ait retrouvé le cadavre de Pierre Manchec puis celui d’un plongeur, les gendarmes locaux admettent ne rien comprendre. Léo non plus ne voit pas le lien entre ces méfaits contre les agriculteurs et la disparition de Fanch. Néanmoins, il dérange sûrement ceux qui ont volé le disque dur de son ordinateur, avec tout le dossier en cours. Avec l’arrivée de son chef, le troisième groupe nocturne va bousculer la situation après avoir mis la main sur un des hommes de Saint-Alban…

Rappelons que les enquêtes de Léo Tanguy se passent dans un futur proche. Cette histoire ne reflète donc pas la réalité actuelle de Belle-Île, largement basée sur diverses formes touristiques. C’est une aventure garantie 100% bio, que nous présente l’auteur. Ou, plutôt, une illustration par l’exemple des enjeux de la production biologique face aux lobbies des semenciers, telle la multinationale nommée ici Mondosancto. On nous donne moult détails intéressants sur l’univers du bio. Quant à l’affairiste Saint-Alban avec son délirant projet, qui peut affirmer que ce genre de mégalo n’existe pas ? Un type réellement dangereux. C’est une affaire particulièrement mouvementée que raconte Louarnig Gwaskell. Espérons que la prise de conscience qu’il évoque, de la part des officiels, ne soit pas qu’utopie. Un roman qui se lit avec grand plaisir.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :