Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les chroniques polars et bédé        de Claude Le Nocher - ABC POLAR

1850 chroniques - faites défiler la page - ou cliquez sur l'initale du nom de l'auteur recherché

Michele Giuttari : La Loge des Innocents (Albin Michel, 2008)

08-GIUTTARILe commissaire Michele Ferrara est le chef de la brigade criminelle de Florence. En ce mois d’août, la mort par overdose d’une jeune fille passerait presque inaperçue, mais elle intrigue Ferrara. Cette gamine de treize ou quatorze ans, sans doute originaire d’un pays de l’Est, semblait être une prostituée droguée. On pourrait soupçonner qu’à l’hôpital, elle fut traitée comme telle par le service du Professeur d’Inciza. Pourtant, les infirmières confirment avoir respecté l’éthique de leur métier. L’inconnue, que Ferrara baptise Stella, ne portait pas de sous-vêtements, et on remarque des traces de sang dans son jean. Ce n‘était pas une toxicomane attitrée. Ne négligeant aucune piste, Ferrara et son équipe lancent « l’opération Stella ».

Massimo est le meilleur ami du commissaire. Injoignable, il parait impliqué dans le meurtre d’Ugo Palladiani, homme d’affaire aisé. Un avis de recherche vise Massimo, ainsi que Simonetta Tonelli, ex-épouse de la victime. Ferrara et sa femme Petra ne peuvent croire en la culpabilité de leur vieil ami, séducteur avéré mais pas assassin. Les carabiniers traitent le commissaire en témoin, mais l’écartent de leur enquête sur la mort de Palladiani. La jeune journaliste Claudia Pizzi est une amie de Simonetta. Alors qu’elle avait rendez-vous avec Ferrara, elle disparaît. Le policier incite le père de Claudia à contacter ses collègues locaux. Le cadavre de la journaliste est bientôt retrouvé dans une carrière de marbre de Carrare.

Préférant se concentrer sur les cas de Massimo, Simonetta et Claudia, Ferrara confie « l’opération Stella » à son adjoint Rizzo. Découvert près de l’endroit où Stella fut trouvée, un bouton de manchette porte un blason qui pourrait être celui d’une loge maçonnique. En outre, la gamine gisait non loin d’un bâtiment appartenant à Ugo Palladiani. L’endroit dissimule un repaire pour pédophiles. Un autre collègue de Ferrara vient d’arrêter des Albanais et un Italien, concernés par un trafic de drogue. Ferrara se demande pourquoi Claudia s’intéressait à la poudre de marbre, et à plusieurs carrières acquises depuis quelques années par des Siciliens. Bien sûr, tous ne sont pas de la Mafia…

À cause des carabiniers, Ferrara subit une mise à pied. Mais il peut compter sur la substitut Anna Giulietti pour rétablir la situation, tout en continuant à enquêter officieusement. Aidé d’un vieux carrier, le commissaire des caches dans des blocs de marbre destinés à l’export, recelant 250 kilos de drogues. Ce qui met le policier sur la piste de Zì Turi, surnom de Salvatore Laprua. Ce mafieux âgé dirige encore quelques juteux trafics. Le Professeur d’Inciza est mort d’overdose, mais Ferrara doute du suicide. Impliqué, comme Ugo Palladiani, dans la pédophile « Loge des Innocents », il acheva Stella en lui injectant une 2e dose mortelle.

Viktor est un caïd mafieux albanais, frère esclavagiste de Stella. Il a vengé sa sœur en tuant Palladiani et d’Inciza. D’autres sont menacés, tel le Procureur de la République local. Il retient prisonnier Simonetta et Massimo, qu’il accepte d’échanger contre la drogue de Zì Turi. Ferrara passe un accord avec le vieux mafiosi sicilien. Le couple est libéré, Viktor abattu. Pourtant, Ferrara ne respecte pas sa parole : il arrête Zì Turi pour le meurtre de Claudia…

Même s’il s’agit d’une fiction, l’ancien policier Michele Giuttari avoue s’inspirer de son expérience professionnelle. Ferrara apparaît, en quelque sorte, comme son “double”. Effectivement, le réalisme est l’atout majeur de cette histoire. Mêlant plusieurs affaires, les conditions de l’enquête sonnent parfaitement juste. Par exemple, dans la rivalité avec les carabiniers, ou en soulignant la fidélité des adjoints du commissaire (indispensable brigadier Fanti) et le soutien de l‘intègre substitut amicale. L’aspect criminel est tout autant un point fort, avec une intrigue sinueuse à souhait. Mystères et péripéties se succèdent à bon rythme. Il est bien naturel que l’ombre de la Mafia plane ici. Un roman remarquable !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :