Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les chroniques polars et bédé        de Claude Le Nocher - ABC POLAR

1850 chroniques - faites défiler la page - ou cliquez sur l'initale du nom de l'auteur recherché

Nadine Monfils : La petite fêlée aux allumettes (Belfond, 2012)

12-MONFILS-BelfondPandore n’est certainement pas la plus tranquille des villes. Les morts suspectes ou carrément criminelles s’y succèdent. Geste de défense pour la jeune Nake, qui a poignardé un dragueur plouc nommé Éric Mornier. Celui-ci n’avait guère de contact avec son puant père, ce qui n’empêche pas ce Max Mornier de décréter qu’il vengera son fils. Le décès de la grand-mère de Nake, qui a élevé la jeune fille, n’est pas vraiment naturel non plus. Elle n’était sans doute pas la gentille mamie qu’imaginait Nake. En cherchant des traces de sa famille, elle s’aperçoit que quelques secrets restaient cachés. Elle trouve aussi une boite d’allumettes. Chaque fois que Nake craque une allumette, elle a la vision d’un crime en train de se produire. En effet, plusieurs fillettes sont assassinées à Pandore.

Ce sont des indices fort approximatifs que recueille l’inspecteur Cooper. Pattes de chats dans la bouche, mutilations, fillettes portant des vêtements qui ne leur appartenaient pas. Une copine de la première victime prétend qu’un loup et un fantôme rôdait autour d’elles. Quant aux parents, rien de très fiable dans leurs témoignages non plus. D’autant que Tina Dex, la mère de la deuxième gamine, a des activités plus qu’étranges. L’inspecteur Cooper ne compte guère sur ses adjoints. L’un, Capsule, aime trop la pipe. L’autre, Michou, est un homosexuel extraverti. D’ailleurs, ce dernier se transforme chaque nuit en travesti sous le nom de Betty. Ce qui, en écoulant un peu de drogue, lui donne l’occasion de croiser Max le vengeur. Ainsi que Nake, que Betty n’a pas l’intention de trahir.

Mémé Cornemuse, c’est comme une tornade causant beaucoup de dégâts sur son passage depuis qu’elle a décidé de ne plus respecter aucune norme. Adepte du philosophe belge Jean-Claude Van Damme, Mémé Cornemuse ne cherche jamais d’excuses à ses actes. Entre tâter les boules des messieurs, faire exploser la maison en bord de mer de l’inspecteur Cooper, et s’occuper du ménage de celui-ci, l’emploi du temps de Mémé Cornemuse est chargé. De son côté, Nake s’interroge sur le mystérieux locataire de sa grand-mère. Fait-il partie de ces hommes aux chapeaux melons, porteurs de mort à Pandore ? L’enquête sur les meurtres des fillettes, Cooper et son équipe s’en préoccupent parfois. On peut déjà affirmer que, si l’assassin est arrêté, un dénouement festif se prépare…

Il était une fois, dans un monde semblable à celui des contes de fées, des gens qui ne seraient pas gentils, mais pas haïssables non plus. Dans ce moderne Pandémonium, il y aurait des flics pas spécialement consciencieux, des parents qui s’en fichent de leurs gamines, des types aux allures inquiétantes, et une mémé infernale essayant de comprendre l’esprit de Jean-Claude Van Damme. Se plonger dans un roman de Nadine Monfils, c’est pénétrer dans un univers où tout repère a été gommé d’un coup de baguette magique ou maléfique. Il en faut du talent pour captiver avec de sanglants meurtres pour rire, accompagnés de mystérieuses visions issues du flash d’une allumette. Tout cela s’inspirant en partie de l’imaginaire d’enfance, et des authentiques contes bien plus cruels que ceux racontés aux mômes. En guest-star, la mémé Cornemuse de Les vacances d’un serial killer nous déride le neurone de la rigolade. Une potion à base de délire déstressant, un efficace remède contre la morosité, une médication sans effets secondaires néfastes, voici ce que nous offre Nadine Monfils pour passer un excellent moment de lecture.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :