Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les chroniques polars et bédé        de Claude Le Nocher - ABC POLAR

1850 chroniques - faites défiler la page - ou cliquez sur l'initale du nom de l'auteur recherché

Peter Guttridge : Promenade du crime (Éd.Rouergue Noir, 2012)

12-GUTTRIDGEBrighton est l’une des plus célèbres stations balnéaires d’Angleterre. Cette ville du Sussex constitue une grosse agglomération, comptant plus de 155.000 habitants. Ses jetées s’avançant dans la Manche (Palace Peer, West Peer) sont connues ainsi que son Royal Pavilion, vaste bâtiment d’inspiration indienne. Des gens riches de tous horizons, y compris des mafieux, habitent cet endroit. La criminalité n’est pas absente à Brighton. Homme mûr ambitieux aux positions tranchées, Robert Watts y est le grand patron de la police. Il va bientôt réaliser que ses services ne fonctionnent pas si bien. En effet, quand l’assaut est donné par les flics contre un logement hébergeant un truand, l’affaire tourne au carnage.

Quatre victimes sont recensées mais pas le type ciblé. Les policiers semblent s’être trompés de maison. Alors que les flics de cette équipe sont suspendus, Robert Watts tente avec maladresse de les soutenir publiquement. Une émeute secoue le quartier en question, Milldean. William Simpson, éminence grise du gouvernement et ami de Watts le pousse à la démission. Une info compromettante parvient à la presse, qui complique les problèmes de couple de Watts. Il n’a plus d’autre choix que de quitter son poste, et de s’éloigner de son épouse. Le nonagénaire Donald Watts, père du policier, ne lui apportera évidemment aucun soutien. Auteur de polars sous le nom de Victor Tempest, cet éternel séducteur a toujours exprimé une dureté de caractère, en particulier envers son fils.

Au repos, Robert Watts est contacté par la policière Sarah Gilchrist. Celle-ci participa à l’assaut foireux, sans être impliquée dans la fusillade mortelle, grâce à quoi elle a récupéré son poste. Elle est sûre qu’une des victimes tenait en main un objet, non répertorié au cours de l’enquête. Deux collègues flics ont disparu, le policier chef de l’assaut semble s’être suicidé, les investigations sont au point mort malgré le temps qui passe. Un vrai foutoir, et surtout un piège le visant, selon Robert Watts. Sarah s’occupe de plusieurs cas criminels spectaculaires, tout en cherchant à comprendre ce qui s’est passé réellement durant l’assaut.

De son côté, la journaliste radio Kate Simpson s’intéresse à un vieux faits divers remontant à 1934. L’affaire de la malle sanglante de Brighton reste dans les annales policières, d’autant qu’un des aspects de l’affaire ne fut jamais éclairci. On retrouva à l’époque, en gare de Brighton, le cadavre démembré d’une jeune femme enceinte dans une grosse valise. En juin 1934, des dizaines de milliers de voyageurs y passaient chaque jour, ce qui embrouilla l’enquête. Le directeur du Royal Pavilion a retrouvé un document non transmis aux archives de la police. S’il offre d’intéressants éléments, sans doute capitaux, ce témoignage d’un narrateur anonyme n’est pas aisé à décrypter. Kate Simpson sollicite l’aide de Robert Watts à ce sujet.

Dans l’affaire actuelle, il est probable que les victimes aient été d’origine étrangère. Par ailleurs, le cadavre d’un des inspecteurs disparus est retrouvé. Un meurtre, c’est quasi-certain. Grâce à son ami James Tingley, ex-baroudeur des services secrets, Robert Watts espère découvrir qui a manigancé tout ça. Tingley pourrait en savoir plus en approchant Hathaway, un des caïds de la mafia locale…

Il est fort agréable de proposer un résumé quelque peu détaillé, sans finalement rien révéler d’essentiel. Il n’est pas exactement question de chercher un coupable. Ou plutôt, des coupables, puisque le crime de 1934 et l’affaire d’aujourd’hui se côtoient. Non, c’est l’ambiance criminelle par elle-même qui rend passionnante cette intrigue. La suspicion touche tous les protagonistes rencontrés, même parmi les flics morts. L’histoire s’installe et progresse à travers le regard de Watts, de Sarah, et de Kate, dont nous devenons de plus en plus proches. On n’avance pas au gré des hypothèses, mais en suivant ces trois personnes. Certes, comme Robert Watts, nous supposons une sorte de complot, mais c’est en définissant les pourquoi des deux énigmes qu’on ira vers la vérité. La pittoresque ville de Brighton ajoutent un décor délicieusement british à ce roman. Voilà un excellent suspense et un auteur à découvrir au plus tôt !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :