Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les chroniques polars et bédé        de Claude Le Nocher - ABC POLAR

1850 chroniques - faites défiler la page - ou cliquez sur l'initale du nom de l'auteur recherché

Pierre Hanot : Aux armes défuntes (Baleine, 2012)

12-HANOT-2012-1Né à Montluçon en 1915, le sous-lieutenant Polmo (Paul Maurice) est l’exemple même de l’esprit guerrier. La Seconde Guerre mondiale ne lui a pas permis de jouer au héros, vu qu’il a passé quatre ans en captivité. Démobilisé, il s’engage dans la Légion Étrangère. Il va leur faire voir à ces niakoués, ce qu’est un soldat au service de la France ! En 1948, on l’embarque sur un rafiot bourré de militaires à destination de l’Indochine. Il a le temps de se faire un copain, Fifi, étant donné que le navire progresse plutôt au ralenti. Fraterniser avec le nommé Helmut sera plus aléatoire, vu le passé sulfureux de cet Allemand. L’étape à Port-Saïd, c’est le début de l’exotisme. Pas loin de là, dans un bordel d’Ismaïlia, Polmo rencontre l’amour de sa vie, Zeinab. Du moins, il l’idéalise au point qu’elle ne quittera plus jamais sa mémoire. En janvier 1949, Polmo arrive dans la baie d’Along.

Haiphong et Saigon, les piliers de l’occupation française dans la région, premières découvertes de Polmo. Même si la guerre reste encore abstraite, ils ne sont pas exactement les bienvenus. Avec ses subordonnés Algériens, le sous-lieutenant Polmo remonte le Fleuve Rouge pour une mission d’exploration du pays. Ce qui lui donne l’occasion de rencontrer un aumônier mystique et jouisseur, qui méprise les Viets bien plus encore que Polmo. Le passage d’un ministre vient animer leur mission. Rien de vraiment excitant au BMC de Bui-Chu, pour Polmo qui ressasse l’image de Zeinab. Une expérience, avec l’aumônier, dans la fumerie d’opium de Dai Phong rend le baroudeur philosophe. Polmo n’oublie pas qu’ils sont en guerre, face aux guet-apens des Viets, efficacement meurtriers.

Bien longtemps après cette époque, on retrouve Polmo. Reconnecté grâce aux progrès de la science, il a le droit depuis quelques années à une nouvelle vie. Pas tellement glorieuse, dans cette Île d’en Bas où les Dominants ont relégué toutes sortes de déclassés. Le monde entier est en décroissance, à part quelques lieux protégés. L’ancien soldat reste un brillant orateur, qui fascine ses amis Kid Vicié, Sulfate, le Cerveau et 220. Kid, qui vénère les stars défuntes du rock, serait le moins pire du groupe, peut-être. Polmo est le seul à avoir des souvenirs sexuels, qu’il réinvente d’ailleurs. Il s’immisce en fraude dans l’Île des Laborieux, mais là aussi les amours sont plutôt virtuels. Même quand la situation s’aggrave pour Polmo, condamné à survivre sur l’Enfer aux Varans, il est toujours combatif. Avec ses amis et son copain La Rouille, ils s’introduisent même dans l’Île d’en Haut…

Un polar historique virant à l’intrigue futuriste ? Ce serait fort mal exprimer l’idée de ce roman. Probablement, parce qu’il est impossible d’apposer une étiquette qui qualifie cette histoire. Certes, la guerre d’Indochine a eu lieu et l’avenir arrivera bien un jour. Pourtant, à travers les déboires de Polmo, ce n’est pas ce que nous raconte l’auteur. Imaginons une fiction qui frôlerait la réalité, restant néanmoins en décalage. Le sort de ce pitoyable héros n’est en rien dramatique, puisqu’il n’existe que dans la vérité de ce conte abracadabrant. Il suffit d’embarquer sur le brinquebalant navire qui l’emporte vers l’Orient pour suivre ce personnage hors norme. Inventivité, fantaisie, écriture, sourire, voilà sans nul doute les quelques mots à retenir. Pierre Hanot est un illusionniste, avec la poésie et l’humour que supposent ses tours de magie. Il fait apparaître une image, parfois symbolique ou délirante, avant qu’un nuage de fumée nous entraîne vers une autre scène aussi improbable. Et c’est ainsi que nous nous laissons charmer par ce récit original. Un auteur qui réveille notre plaisir de lecteurs.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :