Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les chroniques polars et bédé        de Claude Le Nocher - ABC POLAR

1850 chroniques - faites défiler la page - ou cliquez sur l'initale du nom de l'auteur recherché

Sylvain Pettinotti : Grenoble parano (Ravet-Anceau, 2008)

08-PETTINOTTIAncien avocat à l’allure de boxeur, Téo Lambert a changé de vie après l’échec du procès d’Henri Brun, et le ratage de son propre couple. Aujourd’hui, il loge dans un bungalow au cœur d’un camping, où Jojo est son seul ami fiable. Téo vivote en livrant des pizzas, ne se déplace qu’en Vespa. Il abuse toujours des soirées alcoolisées et des brèves rencontres sexuelles. La dernière en date se prénomme Fathia. Une jeune femme, retrouvée carbonisée dans une voiture quelques heures plus tard, pourrait bien être cette Fathia. Téo est contacté par Henri Brun, sorti depuis peu de l’hôpital psychiatrique où il fut interné durant dix ans. Il exige que Téo prouve son innocence, lui donnant progressivement des indices pour y parvenir. En outre, deux types patibulaires insistent pour que Téo s’occupent d’une affaire véreuse.

Le policier Cardoso, du SRPJ de Grenoble, est chargé de l’enquête sur la mort de Fathia. Rapidement, le nom de Téo Lambert apparaît. En cavale, Téo est hébergé un temps par son ami Patrick. L’ex-épouse de Téo et leur fille étant aussi menacées, il s’efforce de les protéger. Pour interroger les témoins indiqués par Henri Brun, Téo doit beaucoup bouger tout en restant prudent. Un ancien concierge meurt peu après des aveux incomplets. Le politicien Delhomme est désormais trop diminué pour témoigner. La vieille prostituée Armande évoque une fille qu’elle a connu, Fatima-la-folle, avant d’être supprimée à son tour. Toutes ces pistes livrées par Henri Brun restent incertaines.

Pour le policier Cardoso, les trois décès récents sont liés, et Téo est son meilleur suspect. Avec son équipe, il cherche à recouper les faits. Les deux sbires inquiétants au service d’un homme d’affaire louche sont toujours aux trousses de Téo. Celui-ci rencontre Tonio, l’ancien mac de Fatima. Il avait recueilli et exploité cette femme alors qu’elle venait d’accoucher (sous X). À l’hôpital, on n’aide guère Téo. Mais il retrouve une personne qui a connu jadis Fatima. Rien ne prouve encore qu’elle ait été la mère de Fathia. Téo doit bousculer le psy qui traite le cas de Fatima. Elle est internée depuis cette époque, dans le même établissement où Henri Brun a passé dix ans.

Étant victime d’un chantage, Mme Delhomme (épouse du politicien) et son employée de maison Grazia acceptent de chercher les carnets de son mari. Là se trouve la preuve que Brun était innocent du crime dont on l’accusa. Téo est confronté au patron des deux affreux qui le poursuivaient. Ce Dominique Combe fut un ami d’enfance. Il a besoin d’un avocat pour maquiller ses embrouilles passées. Ados, Dominique, Téo et leur ami Stéphane fréquentèrent la colonie de vacances de Méaudre. Où Fatima, femme de service, fut une nuit violée. Peut-être par le trio d’amis. De ce viol, naquit Fathia. Celle-ci n’est pas morte. Sous le nom de Lisa, elle est la fiancée de Dominique. Hébergé et aidé par la sensuelle Grazia, Téo apprend que Stéphane a été assassiné une semaine plus tôt. Le policier Cardoso avance dans son enquête... 

Il arrive qu’on se trompe, qu’un auteur ait moins de talent qu’on ne l’a cru, qu’il déçoive vite. À l’inverse, d’autres confirment leurs qualités de romancier. C’est exactement le cas de Sylvain Pettinotti. Grenoble parano n’est pas un de ces petits polars plaisants, plutôt réussis mais assez simples. C’est un vrai roman noir, à l’intrigue riche et maîtrisée. Ces tribulations d’un loser en cavale sont aussi rythmées que détaillées. Débutant sur une tonalité presque légère, elles s’assombrissent bientôt dans un chassé-croisé parfaitement scénarisé. Tel le poisson pris dans la nasse, le héros espère sortir du piège en se démenant au maximum. Mais ce qu’il découvre ne contribue qu’à l’enfoncer. Bien qu’un policier s’occupe de l’affaire, il ne s’agit pas d’un ordinaire roman d’enquête. Le langage vif et les scènes agitées contribuent à l’ambiance, alimentant un suspense dense et palpitant. En un mot, excellent !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :