Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les chroniques polars et bédé        de Claude Le Nocher - ABC POLAR

1850 chroniques - faites défiler la page - ou cliquez sur l'initale du nom de l'auteur recherché

Xavier-Marie Bonnot : Les âmes sans nom (Pocket, 2010)

10-BONNOT-PocketÀ Marseille, le policier Michel de Palma conduit ses enquêtes selon ses propres méthodes, ce qui déplait à sa hiérarchie. S’il s’interroge sur sa fin de carrière, sa collègue Anne Morachini le soutient avec affection. On a découvert le cadavre mutilé de Pierre Martel, présenté selon une curieuse mise en scène. Les enquêteurs vont perquisitionner chez la victime, au cœur de la Cité de la Sauvagère. Ils y trouvent des dossiers dissimulés, sur des nationalistes bretons et autres documents méritant d’être décryptés. Il s’avère que Martel était un agent de la DST infiltré dans ce quartier sensible, où des Islamistes sont actifs. Pourtant, suspecter une improbable piste salafiste serait simpliste.

Michel de Palma trouvent trois témoins, des minots qui ont remarqué un septuagénaire aux cheveux blancs et aux traits durs. Celui-ci semblait surveiller Martel. Dans les dossiers de ce dernier, beaucoup de documentation sur l’IRA des années 1980. Ainsi que des symboles celtes ou bretons, au sujet desquels Anne s’informe. De vieux habitants du coin se souviennent d’un meurtre datant de vingt ans, presque dans les mêmes décors. La victime était Barbara Flanagan, qui figure sur des photos du flic de la DST. Les rapports de l’époque conclurent à un suicide. Dans l’ombre, le septuagénaire Quéré poursuit sans état d’âme sa mission meurtrière.

Les policiers trouvent des éléments sur Barbara Flanagan. Française, elle fut l’épouse d’un activiste de l’IRA. Issu d’une famille impliquée dans la lutte, galvanisé par le sort de Bobby Sands, Sean Flanagan contribua à plusieurs attentats. La précieuse bague disparue de Barbara peut constituer une piste à suivre. Quand Michel se rend chez Morvan, ex-militant nationaliste, il trouve son cadavre mis en scène comme dans le cas Martel. L’assassin n’est pas loin, mais Michel le rate de peu. Le policier craint que le tueur supprime un des jeunes témoins de la Cité de la Sauvagère. Dans l’ordinateur de l’agent de la DST, il apparaît que Morvan appartenait à un groupuscule mêlant mythes celtiques et violence terroriste fascisante. Ayant noté le nom de Quéré, Anne et Michel visitent sa maison en son absence, sans pouvoir aller plus loin. Mais Quéré s’en aperçoit vite… C’est en Irlande que Michel peut espérer trouver des réponses à tous ces meurtres, y compris celui de Barbara Flanagan…

Avec Michel de Palma, héros de précédents romans de l’auteur, nous explorons ici la nébuleuse terroriste qui entoura l’action de l’IRA. Servi par une riche documentation, ce roman souligne divers aspects de cette lutte armée. La détermination nationaliste s’expliquait. Le recours à des supplétifs fachos aux motivations mystico-celtes supposait certains dérapages. En face, les services secrets anglais et français ripostaient, soit aussi brutalement, soit en manipulant avec cynisme les protagonistes. Un contexte qui reste passionnant. Quant à l’intrigue purement criminelle, elle est bien présente et plutôt subtile. Certes, Quéré est un assassin, mais la vérité est plus nuancée qu’il ne semble. Loin d’être classique, grâce à un scénario solide et une narration précise, cette enquête est captivante.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :