Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Claude LE NOCHER

John Connolly : La maison des miroirs (Pocket, 2013) – Inédit –

Le détective privé Charlie Parker est installé à Portland, la plus grande ville du Maine, au nord-est des États-Unis. Cet ancien policier vécut un terrible drame familial, au temps où il vivait à New York. Parker a choisi le Maine, dont était originaire son grand-père, afin de se reconstruire. Entre sa nouvelle compagne Rachel, dont la grossesse est avancée, et son chien Walter, il a entamé une étape qu'il espère plus sereine de son existence. Les cas que l'on soumet à sa sagacité de détective restent particuliers, néanmoins. Il est sollicité par M.Matheson, dont la fillette fut assassinée de nombreuses années plus tôt. L'affaire Grady fait partie de celles dont Parker, en bon criminologue, étudia le dossier.

De l'automne 1979 à 1981, ce Grady kidnappa plusieurs gamines et un garçon. Il s'était acheté une maison dans un coin tranquille du Maine, qu'il commençait à rénover. Encore que le décor de cet endroit soit resté peu agréable. C'est dans cette maison qu'il séquestra les enfants, et les tua. Seul le jeune Denny Maguire en réchappa. C'est l'enlèvement de Louise, la fille de M.Matheson, qui précipita la fin de l'affaire. Grady l'assassina comme les autres fillettes, avant de se suicider alors que les forces de police intervenaient dans la tragique maison. En mémoire de sa fille, M.Matheson racheta les lieux, les laissant à l'abandon. Une autre gamine semble aujourd'hui en danger, en lien avec cette histoire.

Sans doute le shérif Grass a-t-il accepté d'enquêter. D'autant que, policier débutant, il fut marqué par ces kidnappings et la mort de Grady. Pourtant, M.Matheson souhaite que le détective Parker mène d'autres investigations. Des types malsains rôdent autour de la maison de Grady. Parker connaît déjà l'un d'eux, Ray Czabo, fétichiste du crime. Il fait commerce d'objets qu'il dérobe sur les lieux où se produisent des faits meurtriers. Son épouse l'ayant écarté pour vivre avec le fils d'un truand de Bangor, Ray Czabo cultive son obsession mortifère sans entrave. Toutefois, il n'est pas le plus inquiétant, car lui n'a pas de raison de menacer des enfants.

Par contre, M.Matheson a été contacté par un homme aussi troublant qu'insistant, qui paraît tout savoir sur l'affaire Grady. Parker s'apercevra que, sous une fausse identité, il a même racheté des livres ésotériques rares que possédait Grady. Parker ne tarde pas à donner un surnom à cet inconnu, le Collectionneur. Il exige qu'on lui offre un des miroirs se trouvant dans la maison de Grady, afin que la nouvelle fillette soit hors de danger. Ce sinistre endroit contient quantité de miroirs, seule véritable décoration omniprésente. Bien que les lieux soient sous la surveillance de la police, le Collectionneur pourrait aisément voler un de ces miroirs. Le détective rencontre le shérif Grass et Denny Maguire, témoins impliqués dans l'affaire Grady. Flic retraité ami de Parker, Clem Ruddock se souvient aussi de tous les détails. Faisant appel à ses copains new-yorkais Angel et Louis, le détective espère cerner la vérité...

 

Pour les livres comme pour le reste, il ne faut pas se fier aux apparences, on le sait bien. La qualité n'est nullement une question de format. Ce court roman n'est pas juste “une histoire avec Charlie Parker”, le héros de la plupart des titres de John Connolly. Écrit il y a dix ans, après parution des quatre premiers opus de la série, "La maison des miroirs" (The Reflecting Eye) permit à l'auteur de cadrer l'univers de son personnage. D'assumer la part de Fantastique qui apparaît dans les aventures du détective. Pour Connolly, le "mystery" n'est pas synonyme de rationalisme. Que les lecteurs l'acceptent ou non, le mélange subtil entre roman noir et fantastique pèserait définitivement sur ses romans. Quoi de mieux qu'une maison maléfique pour incarner cette ambiance alliant suspense et étrangeté ?

La forme plus courte possède un autre mérite, qu'on peut appeler "évidence" ou "clarté". M.Matheson n'a pas besoin de appesantir sur le motif de l'achat de cette maison. Denny témoigne sans détour sur son kidnapping. Le shérif est lucide quand il expose l'affaire actuelle à Parker. Ça n'empêche pas que plane un lourd mystère par ailleurs, ce qui donne un résultat plutôt fascinant. Belle occasion de faire connaissance avec Charlie Parker, si on n'a pas encore lu cette série de romans. Les lecteurs aimant ce personnage apprécieront également.