Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Claude LE NOCHER

Roger Knobelspiess : Le dépanneur (Le Masque, 2003)

Jojo est dépanneur de voitures à Paris. Un soir, dans un parking souterrain, il se retrouve au milieu d’une fusillade entre truands et policiers. Il s’enfuit, avec une 406 en remorque. Par sa radio, il apprend vite qu’il est accusé d’avoir tué un policier. Traqué, il se réfugie chez son ami garagiste Marcel, ex-truand. Celui-ci l’emmène dans la propriété campagnarde qui lui sert de planque. En désossant la 406, ils découvrent cinq millions de dollars en billets. Marcel veut les garder, Jojo tient à rester honnête. La nuit suivante, un inconnu assomme Jojo, abat Marcel, et file avec l’argent. Le lendemain, Jojo prend la direction d'Orléans, où il est hébergé par un jeune couple insolite.

Retour à Paris. Jojo reçoit l’aide de Mouloud, patron de bar, et de sa famille. Puis il s’installe dans un petit hôtel du 20e. Deux tueurs sont à la recherche de Jojo. Mouloud les a repérés une première fois. Mais ils surgissent à nouveau alors qu’il a rendez-vous avec Jojo. La police intervient, arrêtant Mouloud, abattant un des tueurs est abattu, blessant l'autre. Jojo s’enfuit une fois de plus. Jeannine la Bordelaise, une prostituée, était une des rares personnes à connaître la propriété de Marcel. Il tente de la rencontrer, mais elle file sans lui parler. Un policier de l’O.C.R.B. pense également que Jeannine peut le renseigner. Il découvre qu’elle est déjà l’indic d’un de ses collègues, probablement ripou. Si force reste à la loi, Jojo a une chance de s'en sortir...

 

Né le 15 septembre 1947 à Elbeuf (Seine-Maritime), Roger Knobelspiess fut longtemps un authentique repris de justice, puisqu'il passa au total vingt-six ans en prison. Il a été de ceux qui approchèrent le truand Jacques Mesrine (1936-1979). Depuis sa dernière libération en 1990, Knobelspiess s'est consacré au cinéma et à l'écriture. Il a joué dans plusieurs films de Jean-Pierre Mocky, mais aussi pour Bertrand Tavernier, Vincent Ravalec, Jean-François Stévenin,etc. Il est l'auteur d'une bédé, “Mesrine, l'évasion impossible” avec Lounis Chabane (Casterman, 2007). Il a publié plusieurs livres, dont “Le dépanneur” (2003).

Ce qui rend cette histoire d'innocent en cavale très intéressante, ce n’est pas seulement son intrigue proprement dite. Néanmoins, les multiples péripéties traversées par le héros rendent sa mésaventure captivante. D'autant que la narration vive nous offre un récit bien rythmé. Surtout, on sent que l’auteur met une bonne dose de vécu dans cette fiction. Un certain nombre de portraits et de situations sonnent vrai. Dans une scène, il évoque avec émotion un détenu qu’il a sûrement connu. Et l’ombre de Mesrine plane toujours. C’est cette ambiance-là qui donne toute sa saveur à ce polar noir, et qui le rend crédible.