Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Claude LE NOCHER

Martine Nougué : Les Belges reconnaissants (Éd. du Caïman, 2015)

Originaire du Sénégal, Pénélope Cissé est depuis peu en poste à la brigade criminelle de Sète. À son âge, elle devrait mériter mieux que son grade de lieutenant. Par son caractère indépendant et ses méthodes jugées contestables, c'est une mutation disciplinaire qui l'a conduite dans cette ville. Ce qui gêne quelque peu le commissaire Garamont, mais le juge d'instruction Éric Monteil semble apprécier la jeune femme. Quant à la grossièreté du Dr Bigard, le légiste, elle s'en accommode. Pénélope doit accepter comme adjoint l'aspirant policier Thomas Dujardin, pour cette nouvelle enquête que lui attribue Garamont. Il sait qu'elle va détonner dans cette affaire, qui devrait d'ailleurs être confiée aux gendarmes.

Ludovic Gallieni a été récemment réélu maire de Castellac, un village de la région sétoise. Charmant décor bucolique que cette bourgade au milieu des garrigues et des combes, où le bistrot de Maurice constitue la centre de l'animation communale. Pour l'essentiel, la population locale est composée de “natifs”, souvent chasseurs. Quand le maire Gallieni est retrouvé mort dans la campagne des environs, ça crée un émoi certain. Sauf pour Marianne Grangé, candidate malheureuse face à Ludovic Gallieni au dernier scrutin. Elle fut même agressée physiquement par des amis du maire, à cette occasion. Son téléphone portable a été découvert près de la bergerie des Aulas, sur les lieux du crime.

La version officielle évoque en priorité un suicide. En réalité, sous prétexte de soirée entre chasseurs, c'est une orgie qui se déroulait à cet endroit. Pratiques sexuelles perverses et drogues fortes étaient au programme. Pénélope interroge José Vidal, premier adjoint et beau-frère de Gallieni, époux de sa sœur Anita. Celui-ci ne cache pas son vif agacement contre les nouveaux habitants néo-ruraux de Castellac. Vidal défend son terroir, fait l'éloge des Gallieni, maires de père et fils depuis l'Après-Guerre. N'ont-ils pas fait des “donations” de terrains, afin que les habitants puissent vivre de la vigne ? Cet état d'esprit villageois serait à l'opposé de celui des étrangers récemment installés, selon lui.

Entre autres, le comité de Marianne Grangé et de son ami Fred est contre l'implantation d'une décharge de déchets nucléaires. Il est possible qu'ils aient entraîné Jérémie, le fils unique de Gallieni, dans leur combat idéologique. Disposant de photos de la bacchanale à laquelle participa le maire, Pénélope fait interroger par la police sétoise tous les gens qui étaient présents. Ce qui énerve son supérieur Garamont. Anita Gallieni a gardé le contact avec Simon Janssens, un Juif de Belgique qui vécut ici durant leur enfance. Il peut lui apporter un certain soutien moral. Quand Marianne et Fred sont blessés après avoir été cibles d'un 4x4 et de coups de feu, l'affaire prend une tournure plus tendue encore…

 

L'évolution péri-urbaine amène, depuis deux à trois décennies, de plus en plus d'habitants vers des communes où l'on vivait “entre soi” jusqu'à là. D'un côté, l'accueil n'est pas si chaleureux de la part des gens qui ont toujours vécu à leur rythme. Pas question de remettre en cause des projets municipaux non plus, par exemple. De l'autre, des néo-ruraux veulent rapidement imposer leur seule vision des choses. Chant du coq, bouses de vache, cloches de l'église, dérangent certains. On connaît des bourgades où les nouveaux ont manœuvré pour évincer de la mairie les villageois d'origine. Rivalités et mésententes qui assombrissent parfois le contexte local. Y compris avec une part de violence.

C'est un agréable roman policier traditionnel que nous propose Martine Nougué. Quand un paisible village “bien de chez nous” est frappé par une affaire criminelle, ça crée quantité de remous. Ce qui donne lieu ici à une intrigue balisée, une enquête de bon aloi. On aurait pu souhaiter une tonalité plus percutante, davantage de mordant, l'ambiance s'y prêtant. Néanmoins, le tempo narratif est fluide, et les personnages sont fort bien dessinés. La policière reste une observatrice attentive. Entre sa fille qui l'attend à Dakar pour de proches vacances, et le sympathique libraire Luigi, Pénélope Cissé essaie de cerner les caractères autant que les us et coutumes de cette bourgade. Et les éventuels dérapages. Un bon polar du terroir de forme classique.