Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par CLN

 

13-JAHNBulls Mouth est une petite ville du Texas, entre Houston et San Antonio, qui n’a jamais connu d’essor important. Une simple équipe de police locale assure ici la sécurité, sous la direction du capitaine Davis. Ian Hunt est âgé de quarante-cinq ans. Techniquement, il est officier de police, mais il se contente de répondre au téléphone pour les urgences, au 911. Par exemple, quand il s’agit d’intervenir en cas de violences conjugales. Aider Genevieve Paulson et sa fille Thalia, contre le violent Andy Paulson, que Ian finira par secouer quelque peu. Marqué par la vie, le policier se sent vieux : Lorsqu’on jette un coup d’œil par-dessus son épaule et qu’on se rend compte de tout ce qu’on traîne derrière soi, c’est facile de ressentir un certain accablement. Trois épouses, trois divorces. La trop jeune Mitsuko. Lisa, la mère de son fils Jeffrey, avec lequel il n’a plus de contact. Debbie, la mère de la petite Maggie, disparue depuis sept ans.

Depuis quelques semaines, Maggie est officiellement considérée comme défunte. Elle aurait quatorze ans aujourd’hui, bientôt quinze en septembre. Pourtant, elle est toujours en vie, séquestrée par un vieux couple. Insoupçonnables, Henry et Beatrice Dean l’appellent Sarah. Ils ont eu autrefois une enfant qui portait ce prénom, décédée bébé. Alors, Henry Dean a voulu offrir d’autres Sarah à la pauvre Beatrice. Maggie Hunt est la cinquième Sarah, celle qui a été capable de survivre malgré les épreuves. Dans ce Monde de Cauchemar, Maggie s’était inventé un compagnon, Borden. Désormais, l’adolescente n’a plus aucune envie d’imaginer le monde extérieur, elle veut la liberté. Maggie parvient à tromper la vigilance de Beatrice et d’Henry. Elle s’enfuit, téléphone au 911, tombe sur son père Ian. Mais Henry ne tarde pas à la rattraper, lui faisant payer chèrement sa tentative d’évasion. Pour Ian, l’espoir renaît de retrouver sa fille vivante.

Avec le capitaine Davis et leur collègue Diego Peña, ils n’obtiennent qu’un vague témoignage du cordonnier qui a dû voir Maggie et son ravisseur. Donald Dean, le frère d’Henry, n’a pas de raison de désigner celui-ci. D’ailleurs qui suspecterait ce tranquille sexagénaire, employé au nettoyage de la fac ? Toujours captive, Maggie commence à mûrir un plan pour s’échapper définitivement. S’attaquer au maillon faible du couple, telle est la solution. Elle ne veut pas tuer Beatrice, elle veut seulement la blesser suffisamment pour qu’elle ne puisse pas lui courir après quand elle s’enfuira. Si Beatrice devait mourir de mort naturelle, Maggie ne verserait pas la moindre larme, mais pas question de l’assassiner… Malgré l’indifférence affichée de son fils Jeffrey, Ian Hunt ne veut pas renoncer. Quand Diego Peña fait une sinistre découverte dans le bois appartenant à Henry Dean, ce dernier réalise qu’il faut fuir. Avec Beatrice, et Maggie comme otage…

Une enfant kidnappée réapparaît plusieurs années plus tard : déjà souvent traité, le thème semble d’une grande banalité. Ce serait fort mal comprendre la subtilité de Ryan David Jahn, auteur d’un des meilleurs polars publiés en 2012, De bons voisins. Dans ce récit, tout est au plus près de la réalité, et de la psychologie des personnages. La jeune Maggie arrive à un âge où se termine pour elle le temps de la soumission, en effet. Pour son père Ian, dont la vie a été un vaste ratage, une fragile lueur se rallume, qui l’aide à rebondir.

Quant à Henry Dean, le coupable, son état d’esprit est complexe : Sans Beatrice, il ne serait rien. Il y a longtemps qu’il serait mort… Beatrice est la seule qui lui ait permis de croire qu’il avait peut-être quelque chose à donner à quelquun. Et ça malgré le fait qu’il n’a pas inventé la poudre, qu’il a un sale caractère… Béatrice lui a été loyale… Aussi monstrueux soient-ils, ses actes s’inscrivent dans une normalité apparente. C’est ainsi que, au moment où il devient suspect, les policiers se présentent chez lui sans méfiance. Son frère Donald, lui aussi, est resté aveugle aux comportements d’Henry. Tous ces citoyens américains de base nous sont décrits avec une justesse remarquable. Puis viendra le temps de la course-poursuite, entraînant les protagonistes aux confins de la frontière mexicaine, dans des scènes pleines d’action. Avec ce suspense impeccable, Ryan David Jahn confirme son talent tout en finesse.